• pour un Islam tranquille

    pour un Islam tranquille

     

     

    Réflexions apaisées autour d’un livre  

     

    Habits et Parures en Islam

     

     

     

    C’est au hasard d’une visite de la Foire du Livre que cet ouvrage s’est retrouvé sur les rayonnages de ma bibliothèque. Il y a fait, comme c’est souvent le cas, un long et sage séjour où il n’a eu d’autre rôle que d’être là, de prêter discrètement sa compagnie aux côtés de tous les autres livres. Et puis, comme cela devait arriver, je l’ai ouvert. Et lu. Le texte rappelle Les Mille et une NuitLe livre des Chants et bien d’autres classiques en prose ou en poèmes qui ont apporté un témoignage précieux sur le mode de vie dans le monde arabe et dans tout l’empire islamique. On peut rappeler que l’époque omeyyade avec les fastes de Damas, l’époque abbasside avec la magnificence de Bagdad et l’époque andalouse avec sa grande splendeur ont illustré de façon édifiante le degré de délicatesse dans l’art de vivre au sein de la civilisation de l’Islam.

    D’autres classiques comme Le livre du raffinement et des raffinés[1] ou, comme l’appellent certains, Le livre des ornements, ont aussi fait partie de cette littérature qui a reflété un aspect lumineux de l’histoire de cette civilisation arabo-islamique. La poésie courtoise, l’art de parer, de se parfumer sont des savoir-faire et des savoir-être dont nos aïeuls étaient des maitres connaisseurs.

    Ces textes rapportent des détails aussi fins, mais très significatifs, que l’encre avec laquelle on écrivait les billets doux et qui était mélangée à de l’essence de rose, ce qui donnait une senteur florale au papier épistolaire.

    Ce degré quasi extrême de raffinement ne manque pas d’étonner quand nous pensons à certains discours violents qui se prévalent de l’héritage arabo-islamique et qui sont à l’opposé de cette philosophie du bien-vivre qui était autrefois celle du musulman. Nous sommes en droit de nous demander quelles options et quels éléments retenir de cet héritage et s’il est permis d’oublier cet enseignement qui a bel et bien existé dans le passé, celui d’un Islam doux au goût d’ambroisie et aux senteurs de la rose de Damas.

    Un petit mot sur le livre, qu’il ne s’agit pas ici de présenter. Il contient deux chapitres. Le premier décrit les vêtements, les parures et la toilette du musulman. Il les classe selon les différentes périodes et selon les différents événements de la vie[2]. Cette première partie contient un glossaire énumérant les différents noms attribués aux costumes.

    Le second chapitre fait une description savante des chaussures, des bagues, des pierres précieuses et des types de parfums, ainsi que leurs vertus et, enfin, celle des encens et de leurs senteurs.

    En feuilletant cet ouvrage, on se surprend à jouir d’instants d’apaisement et de béatitude. Un sentiment nous rappelant que la civilisation arabo-islamique est porteuse de plusieurs formes de richesse, dont nous pouvons nous réclamer et auxquels nous pouvons bien initier les jeunes générations.

    L’Art de Vivre exprime une joie, un esprit positif, l’amour de la Nature, le souci de soi et du Beau, mais aussi celui des Autres. Que dire ? Voilà peut-être une des voies à explorer, dans l’optique de participer à la création d’une énergie positive trop longtemps étouffée ou, en tout cas, de corriger une image ternie et bafouée au sud comme au nord.

    Cette image qui prend par moments un goût de grenade amère, pour pasticher le titre d’un tableau édifiant de Nacer Khmir, un tableau représentant un ange ayant à la main une grenade… une grenade amère. L’exposition s’intitulait L’ange inconsolable. Comment nous consoler de voir l’image de la culture arabo-islamique réduite et déformée ? Cette culture qui représente, que nous le veuillons ou non, une composante majeure de la personnalité tunisienne.

    Une image forçant le respect est à revivifier, à remettre en valeur, et il est certain que des aspects multiples de cette culture sont des éléments qui peuvent permettre de redorer le blason de cette civilisation contre les représentations erronées qui en ont été forgées. Redonner leur place à la poésie courtoise, aux arts et à l’art de vivre en islam peut être le chemin de retrouvailles avec un islam tranquille : nous ne voulons pas d’un Islam dur !

     

    Emna Jeblaoui

     

     

    Du 02/04/10 au 01/05/10 à Tunis

    Baptisée "L'ange inconsolable de Nacer Khemir", cette exposition aura lieu du vendredi 02 avril au samedi 01 mai 2010 à la Librairie Galerie Fahrenheit 451. Soyez au rendez-vous...

    http://www.federal-hotel-tunisie.com/fr/agenda/861-l-ange-inconsolable-de-nacer-khemir.htm

     

     

     

    [1] Adhorfou wa adhourafa, Alwasha,  Abu Atteieb Mohamed ibn Ishaq  abu al muwasha 10ème siècle

     

    [2] Voici les titres de quelques chapitres de l’ouvrage :

    La toilette du musulman

    Les piliers religieux de la toilette ( règles en conformité avec la religion)

    Se préparer au mariage

    Les habits les costumes : velours, soie etc…

    Le port des turbans

    Ceintures

    Chaussures

    Symbolique des bagues et pierres précieuses

    Parfums, baumes et encens

     

    paru dans le supplément culturel no2 de la presse (supplément paraissant tous les vendredis) 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :